Un parking à perte de vue, strié de piliers, jonché de crasse et de quelques carcasses de voitures. Une aura crépusculaire. Sur les murs, les plafonds, et même le sol en balayant du revers de notre basket, apparaissent des fresques invasives, des vestiges pariétaux. Comme si un organisme vivant avait trouvé refuge au creux de l’obscurité. Dans ce supermarché désaffecté à Porte de la Villette, un ancien squat coincé entre le périphérique et le boulevard de la Commanderie, Lek et Sowat ont orchestré une résidence artistique sauvage, restée mythique dans l’histoire du graffiti français. Après leur dernier passage en 2011, les rares accès ont été murés par la Ville de Paris. Le propriétaire des murs ne se doutait pas un seul instant que cette banale opération de sécurité participerait à forger une légende urbaine.

Ce n’est pas moi qui est écrit ce texte, j’avoue -)
Les photos sont de Rouda !!!…[M]

Deux autres posts sur cet endroit vont arrivés par la suite…

Les commentaires ne sont plus admis.

Hébergé par ekosystem.org